La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Articles parus > Jouissons hors les urnes !

Jouissons hors les urnes !

vendredi 22 juillet 2016

Nuit debout est l’histoire d’une rencontre entre un film, un projet de loi et des luttes qui se côtoyaient sans s’unir. Merci Patron, le film de François Ruffin - directeur du journal Fakir [1] - va servir d’étincelle. Le 31 mars, après la grande manifestation contre la loi travail - et à l’initiative du collectif Convergence des luttes - plusieurs centaines de personnes appelent à prolonger la manifestation en passant une nuit rouge ou nuit debout sur la place de la République à Paris.
Le mouvement s’étend à Toulouse, Lyon, Montpellier, Rennes, Nantes, Nice, Strasbourg… et Manosque. Le 39 mars à 20 h plusieurs dizaines de personnes se réunissent promenade Aubert Millot derrière la statue Le Froid.

L’objectif est de faire retirer la loi Travail mais aussi de réfléchir à la nécessité de faire évoluer notre société. Comment s’opposer à ce monstre déshumanisant que nous impose le néolibéralisme ?
Les échanges sont riches et expriment un grand ras-le-bol du système actuel. Chacune et chacun y va de son ressenti et de ses propositions, la volonté étant de redevenir pleinement acteurs d’un changement de société, face à un système qui demeure sourd aux problèmes et aux souhaits des citoyens.
Tous les citoyenNEs de Manosque et d’ailleurs sont invités à venir échanger et à décider ensemble de la suite et de la forme à donner à ce mouvement.

JPEG - 343.2 ko

In-organisation
Aucune intendance n’est prévue sur place. On apporte ce qui nous paraît nécessaire : casse-croûte, parapluies, vêtements chauds, tabourets pliables, etc. Nous nous réapproprions l’espace public de manière citoyenne et responsable. Nous laissons le lieu de rassemblement dans le même état que celui dans lequel nous l’avons trouvé. Nous réduisons les déchets en apportant chacun un gobelet réutilisable, et le reste… au tri sélectif.
Chacun est libre d’établir des propositions que les autres seront, à leur tour, libre de suivre (ou non).
Toutes les initiatives et idées sont les bienvenues. Pas besoin d’être toutes validées, en cas de désaccord elles sont débattues en assemblée.
Toutes les opinions peuvent être exprimées, à condition de l’être dans le respect des autres et de leurs sensibilités dans le dialogue et l’échange.
Les discussions tournent beaucoup sur la manière de fonctionner. Le vote ? Le consensus ? Le débat n’est pas tranché (et on ne s’en porte pas plus mal, non ?)

L’arrachage de la centaine d’affiches posées sur Manosque montre que notre présence dérange… Des tracts sont imprimés et distribués sur le marché du samedi matin et des affiches sont collées à nouveau.
Des commissions – communication, logistique, coordination, action et utopie – germent, poussent, cogitent… Il en sortira toujours quelque chose.

JPEG - 351.6 ko

CitoyenNEs libres
Oui à la politique, non aux politiciens ! La parole citoyenne a été confisquée à tous les échelons, alors Nuit debout la reprend, permettant à chacun d’échanger et de confronter des idées au-delà de tout système partisan et politicien, petits germes de progrès humain disséminés partout dans notre pays…
Dialoguons, discutons en, 5 mn, 1 h ou plus pour creuser le sens de notre présence sur la place et imaginer des pistes vers des actions et/ou des approfondissements.

Chacun fait (c’qui lui plaît) !
Des idées d’actions sont évoquées : occuper le Conseil municipal de Manosque ; autoréduction dans un supermarché ; bloquer Cadarache ; récupérer des chaises de la Société générale ; faire venir un groupe de musique, projeter des films, distribuer des affiches imprimées sur Manosque et ailleurs pour inviter plus de monde à venir ; maintenir le lien avec Gap, Digne et d’autres groupes ; faire de la récup de nourriture pour étoffer le repas partagé ; avancer l’horaire à 18 h pour toucher le public des badauds ; faire deux sessions une de 18 h à 20 h avec point d’info et présentation et une autre, après le repas, pour l’assemblée géniale (et modeste) ; ouvrir un cahier de doléances...
Tout cela suit son chemin en prenant son temps et au fur et à mesure que la confiance s’installe…

JPEG - 69.2 ko

Le constat d’un monde qui marche sur la tête des gens…
CertainEs ne font que passer lors des soirées, n’osant pas ou ne voulant pas prendre la parole. Mais ils laissent parfois des messages dans le cahier de doléances, comme D. qui écrit :

« Ce monde ne reflète pas ce que l’humanité porte en elle. On nous parle de principes, de valeurs et de démocratie, mais le système nous pousse à vivre d’une manière précaire ou malsaine, je dirais même d’une façon irréfléchie où l’argent règne en maître. La vie n’est devenue qu’une illusion dérisoire, cette société marche la tête baissée sans s’en rendre compte, tout ça pour renflouer les caisses de l’État ; mais pas que ; il nous manipule pour que personne ne s’en rende compte. L’État est souvent mis en avant lorsqu’on parle de rébellion mais c’est bien plus complexe, il nous a éduqué de façon à nous en rendre dépendants, il a fait de SES idées les principes de vie que nous sommes censés mettre en œuvre. Je ne veux pas d’une vie où l’homme suit des valeurs corrompues. On nous apprend tout au long de notre vie ces principes « travaille, paye et ferme-la ». On veut nous faire croire que c’est ça la vie, la vraie. En tant que jeune, voilà ce que j’ai appris : critiquer est banni. »

Ou Mehdi :

« Toi qui te lève
rebelle dans l’âme
prendrais-tu la relève
non pas avec les armes
mais seulement avec des mots
qui mèneront nos actes
contre cette armée d’idiots
au pouvoir, qui nous traque,
nous enchaîne au billet
cette couleur verte aguichante.
Non ce n’est plus un jouet
mais un pouvoir qui nous hante
il nous empêche d’avancer,
mon ami, émancipe-t’en
savoure cette vie des idées
comme un simple plaisir d’enfant. »

Convergence des luttes
Nuit debout participe aux journées nationales de manifestations et de grèves et s’organise pour mettre en place réunions et ateliers de fabrication afin que celles-ci soient diverses, bruyantes, joyeuses. Tour de ville en sens inverse à Manosque le 28 avril, « Vélorution » à Digne le 28 juin, casserolade à Forcalquier le 5 juillet, « une façon de faire un pas de côté », pour reprendre l’expression d’une des personnes présentes et de ne pas « suivre » syndicats et partis.

JPEG - 60.9 ko

La chasse aux slogans est ouverte

Nos rêves ne tiennent pas dans vos urnes
2016, rêve illimité
Au peuple endormi, l’apathie reconnaissante
Loi, travail, ni l’un ni l’autre !
Précédons les avant-gardes !
Si les sommets ont besoin de base, la base n’a pas besoin de sommets
Cours, camarade, Nuit debout est avec toi !
Oui à la politique, non aux politiciens !
Choisir l’utopie c’est être réaliste
Nuit debout pour un grand soir...

Les événements auxquels vous avez échappé !
À Manosque du 9 avril au 13 juillet [2], plus de 50 rendez-vous ont réuni près de 800 personnes de tous horizons sur la place publique. Citons notamment le pique nique aux Vannades du 15 mai, la rencontre du 24 juin « pour l’abolition du travail », un exposé sur les poisons de l’industrie, des discussions à deux reprises avec des Espagnols sur les circulos et le mouvement 15M, la projection de documentaires sur le travail en avril, celle de l’An 01, le concert de DJ Kep Dany le 28 avril, les casserolades devant les mairies, les distributions de tract devant Cadarache en juin ou cette « paëlla du 18 juin » qui n’a finalement pas eu lieu…
La presse locale, hormis Zinzine ou Fréquence Mistral, n’a pour l’instant pas jugé utile de donner la parole à toutes celles et ceux qui redonnent la place au politique. On mesure ainsi sa servilité face aux professionnels qui comme Castaner et les autres squattent ses colonnes à longueur de temps pour raconter leurs fadaises.

Camille d’Oraison

JPEG - 467.4 ko

Portfolio

Notes

[1Fakir est un journal bimestriel d’information sociale fondé en 1999 à Amiens diffusé nationalement depuis 2009 à près de 30 000 ex.

[2Pendant l’été quelques rendez-vous sont maintenus sur la promenade Aubert Millot à Manosque. Des invitations chez des participantEs ont lieu les week-end pour se retrouver, préparer des actions, recueillir des témoignages, etc.
Pour en savoir plus, consultez la page Facebook de Nuit Debout Manosque ou la page sur le wiki : https://wiki.nuitdebout.fr/wiki/Villes/Manosque.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0