La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Journal intime du porte-coton de l’Élysée > Journal intime du porte-coton de l’Élysée (2)

épisode 2

Journal intime du porte-coton de l’Élysée (2)

mardi 31 octobre 2017

À la cour de Louis XIV il y avait un poste particulier, celui de porte-coton, dont la tâche consistait à essuyer avec du coton le derrière du roi après ses besoins naturels…



Regroupés au sein de Croire en Forcalquier association citoyenne et apolitique (de droite), 200 croquants panégyristes de leur bonne ville, viennent d’accrocher une série de casseroles à l’arrière-train de leur ex-bourgmestre dont FR 3 s’est fait l’écho [1] et qui suscite paraît-il la curiosité de notre frère de plume Le Canard enchaîné.

D’une part, ils reprochent à Castamaire :
- Une gestion hasardeuse laissant, après un règne de 16 ans sur la bourgade, une dette de plus de 8 millions d’écus.
- Par ailleurs, une trop bienveillante générosité envers le sieur Garcin, ex 1er adjoint, qui bénéficia de l’annulation d’une créance de 230 000 écus. Créance qui, telle la belle au bois dormant, sommeillait depuis onze années dans les livres de la commune avant d’être annulée. L’heureux homme étant aussi président de la Communauté de communes du comté de Forcalquier et Montagne de Lure avant de laisser sa place à son généreux mécène. Certains esprits chagrins restent dubitatifs devant le jeu d’écritures comptables utilisé ainsi que par le jeu de chaises musicales des deux compères.
- De plus, le PLU [2] de 2014 a déplu à plus d’un boutiquier du centre ville dont la fronde pugnace a fait voler en éclat ce projet qui prévoyait l’agrandissement d’un ogre de la grande distribution (Intermarché) sur un terrain voué à l’agriculture.
- Enfin, suite à l’action en justice d’une manante, la Cour administrative de Marseille a annulé la surélévation, obstinément assumée par Castamaire, d’un bâtiment municipal situé devant ses fenêtres et bouchant la vue de la plaignante.

Il est a craindre que, si notre porte-coton exerce sa fonction avec autant de flegme, l’auguste fessier de Manu 1er ne garde quelques traces douteuses.

Pietruss (à suivre)

Notes

[1« Du rififi à Forcalquier », un reportage de Jean-François Giorgetti et Sidonie Canetto diffusé par FR3 le 28 septembre 2017.


Rififi à Forcalquier

[2PLU pour Plan local d’urbanisation… cassé par le Tribunal, le projet d’extension d’Intermarché semble être toujours dans les cartons municipaux.

2 Messages

  • Journal intime du porte-coton de l’Élysée Le 30 octobre 2017 à 14:54, par Danaüs Richard

    Aucun danger de mourir de tristesse en vous lisant...

    Très bien, juste une ou deux petites erreurs à corriger :

    1/ l’effacement de la dette concerne deux ateliers relais dont l’un seulement appartenait à M GARCIN, l’autre étant la distillerie ou en cherchant bien on trouve aussi des proches du celui que vous appelez porte coton.

    2/ Croire en Forcalquier ne revendique aucune couleur politique et comprend des adhérents de toutes les sensibilités, du front de gauche en passant par le centre et jusqu’à la droite effectivement.
    Pas de macronistes pour l’instant mais il sont aussi les bienvenus si c’est pour lutter contre les méfaits d’une politique hasardeuse et partisane au service de carriéristes politiques au détriment de l’endettement de la ville constatée.

    Répondre à ce message

    • Journal intime du porte-coton de l’Élysée Le 5 novembre 2017 à 22:24, par La Canarde

      Merci pour le compliment. On fait aussi ce journal pour faire rire (même si on essaie de le faire sur la base de faits sérieux et avérés)…
      Et merci pour les précisions concernant l’orientation apolitique de votre association… et cette étrange créance oubliée puis effacée concernant deux ateliers relais sur la zone d’activité économique des Bas-Chalus.
      Affaires à suivre donc…

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0