La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Articles parus > Élections pestilencielles, siège à fion

Élections pestilencielles, siège à fion

jeudi 13 avril 2017

Si, et seulement si, vous êtes à la fois xénophobe, europhobe, kénonauphobe, xantophobe, islamophobe, judéophobe, homophobe, biphobe, lesbophobe, transphobe, acéphobe, pisanthrophobe, technophobe, voire même anatidaephobe, mais que vous avez réglé vos gynéphobie, katagelophobie et autre hydrophobie, et indemne de naupathie, alors engagez-vous dans la Marine.

Si vous n’avez réglé ces dernières, vous pouvez vous rattraper sur Dupont Gnangnan ou Ass le Nigaud. Si vous avez les idées larges – de Madelin à Robert Hue – mais la pensée unique, satisfait des gouvernements précédents, croyant aux bienfaits du capitalisme mondialiste de la finance et des multinationales, de la ploutocratie ignorant les problèmes mondiaux de répartition des richesses, de misère, de famine, d’accès aux besoins fondamentaux, de pollution, de réchauffement climatique et des migrations économiques, politiques ou climatiques qui les accompagnent, sûr que le marché et le progrès sauront régler tout cela. Et croire par-dessus tout que c’est la seule alternative à la bête immonde, alors que c’est de cette politique qu’elle a fait sa niche et qu’elle s’est nourrie depuis des années. Enfin, si de plus vous êtes de la région PACA et frustré de n’avoir pu voter Castaner au deuxième tour des régionales et vous êtes reporté sur Estrosi, les voilà réunis. C’est sans doute le nouveau pacte républicain ! Pas d’hésitation, de toute façon, il n’y a plus ni droite ni gauche, plus de lutte de classes ni de progrès social et même de pouvoir politique, le pouvoir est à la Corbeille et dans les antichambres, comme aurait dit le vieux. Pas d’hésitation, votez Macron et vous l’aurez dans le fion !
Si vous êtes plus traditionnaliste et que vous ne croyez pas à l’accouplement de la carpe et du lapin ou encore que vous soyez sensible aux problèmes de surpopulation carcérale, votez pour ce fion de Filou ! S’il est élu, il évitera la taule et, magnanime, usant de son nouveau droit fraîchement acquis – bien que datant de l’Ancien Régime – il pourra également gracier la première dame de France. De plus, si vous avez une âme de corrupteur à la recherche de marchés publics ou d’influences à des fins personnelles, il pourrait être le président idéal. Bien sûr, si tu as quelque nostalgie d’un parti socialiste digne de ce nom et de son passé, profitant de la désertion des rats et des social-traitres, tu peux chercher à sauver le soldat Hamon. Il est vrai – et de tous temps ? – qu’Hamon et les frondeurs ont tenté de redonner un peu de couleurs à la rose bien défraîchie depuis un programme commun en deux années sacrifié sur l’autel de la realpolitik.
Enfin, il y a le cas Mélenchon et la France insoumise promettant de mettre fin à l’élection d’un roi dans une Ve République bien anachronique, d’éroder la pyramide du pouvoir et de s’attaquer aux puissances économiques et décisionnelles pour enfin rompre avec la casse sociale et environnementale. Sont-ce des vœux pieux, va-t-on encore se faire enfler ? C’est possible. Il te reste alors à rejoindre notre directeur de publication [1] dans son anarchisme jurassien, voire du jurassique, et surtout si tu es du Doubs, absinthe-toi et prends les armes contre les Rouges et Verts dans un premier temps – le passé te donne raison – avant de t’en prendre à la peste brune. Une révolution des œillets, c’est pas sérieux. Faut qu’ça saigne !
On peut aussi donner la parole aux ouvrièr.es et employé.es en donnant de la voix à Nathalie Arthaud, surtout si on croit toujours à l’émancipation des masses par le travail, ou encore aller boire un coup et câliner Philippe Poutou, il est de loin le plus sympa. Faire un bout de Cheminade pyrénéenne avec Jean Lassalle, qui sait où dorment les Isards ?
Mais aussi, faute de candidats de couleur, de voter blanc tu peux être tenté.

Mèche longue

Notes

[1Pour une meilleure compréhension et dans un esprit de dénonciation réciproque, trait caractéristique de notre identité nationale [et de tout journal satirique qui se respecte mais protège ses sources !*]. Avant censure donc, notre directeur de publication à l’humour guerrier avait écrit pour conclure son édito « Les traîtres sont partout, graissez vos fusils et formez vos pelotons, si la Marine ne passe il y aura du ménage à faire à l’ultragauche. »
* entre crochet, ajout du claviste.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0