La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Articles parus > Aaargh !

Aaargh !

jeudi 13 avril 2017

Mon triste devoir de directeur de publication – ce qui prouve que je n’en suis pas un – m’oblige à vous tenir au courant de l’évolution des options politiques de ces têtes de … – qui écrivent dans la feuille de chou que vous lisez plus ou moins fidèlement, et donc de vous annoncer que c’est le bordel dans votre journal. Aaargh ! Si cette modeste feuille A3 ne vous a pas échappé des mains, rappelons-nous que lors de son envol, en 2014, La Canarde partait d’un nid libertaire, voire anarchisant, presque acrate, contestant tous les puissants, ceux qui nous pourrissent la vie et le monde qui nous entoure, et nous adhérions à des projets fondés sur des options radicalement différentes de celles qui régissent le monde tel qu’il va son train-train.

Mais elle a quitté, et bien quitté ce nid : nous ne sommes pas coupés du monde et les tristes réalités nous rattrapent. Après une dérive machiste, nous sommes emportés par un ouragan nommé présidentielle, et son cortège d’avanies, publicités politiques, meetings, directs et débats aux primaires. Une partie de nos rédacteurs et rédactrices (hélas), sous la pression amicale mais néanmoins ferme de nos ami.es, se sentent obligé.es de faire un choix électoral, de rejoindre le troupeau bêlant des veaux (sic) menés par des bergers plus éclairés appelés militants et politichiens, d’abandonner les convictions qui les poussaient naguère à envoyer tous ces repris de justice aux toilettes sèches et de s’essuyer avec leurs bulletins de vote, imprimés de tous ces noms en -on : Hamon, Macron, Fillon, Dupont et Le Pon-Pon...
Certes, me direz-vous, on a vu des gens bien sous tous rapports aller à l’isoloir sans baisser culotte (oui, l’exploit est possible), et les gens qui écrivent dans La Canarde voteront (encore un -on) majoritairement pour Mélenchon, espérant naïvement (ah les c… !) une révolution sociale provisoire en mai-juin, avant le retour des congés payés pour les plus favorisés, et des boulots saisonniers pour les autres...
Voilà, c’est dit. Mais le pire est évité ; non, je ne pense pas au vote Cheminade, cet allié des extra-terrestres. Non, nous sommes encore quelques-uns à conchier les élections, à nous accrocher à nos convictions comme le coyote à une branche morte avant de tomber dans le ravin. Même si nos rangs s’amenuisent : je viens de recevoir ma carte d’électeur, j’ai dû m’inscrire à l’insu de mon plein gré ! Les traîtres sont partout. « Et quel que soit le résultat des élections, La Canarde participera à la Révolution en mai. Aucun.e des Canardos ne laissera sa part de barricade ! »

L’ours du Lubéron

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0