La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Céou, Cqui & Cquoi ?

Accueil > Z’infos > Hautes-Alpes : les identitaires sous haute protection

Hautes-Alpes : les identitaires sous haute protection

vendredi 25 mai 2018, par La Canarde

Les fachos sont toujours à Briançon, et continuent de poursuivre les exilé·es dans les montagnes, encore partiellement enneigées. En partie grâce à la réaction très faible des habitant·es, surtout grâce aux autorités qui réagissent de façon très mesurée. Voire ce montage de La Horde : matraque et casque face aux antifas, lunettes de soleil et bras croisés face aux nazis.

Arrivé·es le 21 avril au col de l’Échelle pour un coup de comm’, hameçon auquel ont mordu tous les médias, les fachos permanenté·es de Génération identitaire n’ont toujours pas quitté le Briançonnais. Les autorités en tout genre ont fait ce qu’il fallait pour qu’illes se sentent chez elleux. Le 22, escorte de 10 gendarmes pour expulser du département 8 militants — sur 85 présent·es — (valeureuse action de la préfète Bigote-Kayserine). Information judiciaire à leur encontre, refermée aussitôt qu’ouverte le 27 avril (bonne action au crédit du procureur général en chef Raphaël Balland). Rappel par la sinistre de la justice Nicole Belloubet, le 9 mai, des différentes infractions pouvant leur être imputées : sans effet. Les PAFeux, évidemment, leur offrent le café quand ces nazillons leur ramènent des exilé·es. Sans compter les communiqués sur leur non-présence (préfecture, mairie de Briançon). Jusqu’au maire Fromm, ex-socialaud de la plus belle eau, surnommé Mieux-Vaut-Tard-que-Jamais, qui demande des poursuites au bout d’un mois, en s’appuyant sur un dossier de témoignages envoyé par les associations. Mais pouvait-on s’attendre à autre chose d’un maire qui veut bien que « Briançon soit une terre de transit, mais pas une terre d’accueil », et qui met sur le même plan ultradroite qui hait et met les exilé·es en danger, et militant·es qui les sauvent et les accueillent. Quand la haine raciste et l’hospitalité offerte à autrui valent la même chose, c’est que les puissant·es craignent une seule chose, perdre « leur » pouvoir. À nous de leur reprendre !

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0