La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Céou, Cqui & Cquoi ?

Accueil > Z’infos > Gap (05) : Ouverture du centre social autogéré, rue de l’Imprimerie

Gap (05) : Ouverture du centre social autogéré, rue de l’Imprimerie

samedi 20 octobre 2018, par La Canarde

Après l’expulsion de la maison Cézanne et une semaine d’occupation de la place centrale de Gap, sans réponse des autorités aux demandes de logement des exilé.es mis.es à la rue, un bâtiment appartenant à l’Église a été occupé pour les héberger. Le bâtiment offrant une belle surface en plein centre-ville et de belles possibilités d’utilisation, il peut aussi accueillir un centre social.

Communiqué

N’attendons plus rien de la part de l’État et des institutions qui de toutes façons ne jouent pas leur rôle et ne respectent pas leurs propres lois.

Face à la situation des exilés et laissés-pour-compte, et au vide culturel de la ville de Gap, le CESAÏ (centre social autogéré) ouvre ses portes rue de l’Imprimerie. Son but est de proposer un hébergement et des activités libres et gratuites.
Réapproprions-nous nos vi(ll)es.

À toutes les copines et copains ayant besoin de changer d’air vous êtes les bienvenues, ici nous avons besoin de vous.

On a besoin de matériel (liste non exhaustive) :

* Matelas, couvertures, draps, rallonge, multiprise, rideaux, meubles en tout genres.
* Outillage>>> clous, vis, bois, étais, colle, peinture, extincteurs.
* Matos cuisine>>> assiettes, trépieds, couverts, gamelles, casseroles, verres, etc.
* Et votre bonne humeur ainsi que votre énergie débordante.

Contact : cesai (escargot) riseup.net

1 Message

  • Gap (05) : Ouverture du centre social autogéré, rue de l’Imprimerie Le 20 octobre 2018 à 14:52, par Gilles de Bretagne

    Ah ! que c’est bon de vous lire aussi vite, aussi bien, après l’expulsion de la maison Cézanne.

    Ah ! que c’est bon, de se sentir un peu des vôtres, un peu « nous » à 400 kms de là.

    Comme ceux d’en face ont raison d’avoir honte et d’avoir peur de se tromper, de commettre ce que l’histoire reconnaîtra d’eux-mêmes.

    Bravo, bravo et merci, de nous donner à voir, non pas un seulement un autre avenir, mais un déjà présent, qui fait chaud au coeur.

    Gilles.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0