La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Z’infos > Nouvel élan d’ouverture de squats dans le 05

Nouvel élan d’ouverture de squats dans le 05

jeudi 25 octobre 2018

La première quinzaine d’octobre a été dure pour la chaîne de squats de migrant·es des Hautes-Alpes, qui comprenait outre Chez Jésus à la frontière italienne, Chez Marcel à Briançon, la Maison Cézanne à Gap et le CHUM (mineur·es) à Veynes. Après Chez Jésus, expulsé par les carabinieri ainsi que le campement qui lui a succédé, côté français, c’est Cézanne que la préfète a assassinée le 17.

Qu’à cela ne tienne : le CESAÏ a immédiatement ouvert ses portes à Gap, plus grand, plus beau, plus fonctionnel que Cézanne (voir cet article). Et le 22 octobre ou à peu près, c’est l’hôtel du gouverneur militaire de la place de Briançon, 3 rue Louis Faure dans la vieille ville, abandonné depuis des années, qui a été ouvert et qui fait déjà enrager la mairie. Celle-ci devait le vendre demain, c’est-à-dire mercredi (mon œil) ou en faire une auberge de jeunesse. Trop tard ! La maison n’a pas encore de nom et le projet d’occupation n’est pas encore rendu public mais que celleux qui veulent soutenir viennent rendre visite, iels seront accueilli·es dans le bâtiment le plus visible de tout Briançon.

Sébastien Faure

1 Message

  • Z’êtes vraiment trop Faur-t-es !

    Et voilà ce pauvre Gégé (Fromme, pas Gollum-b) qui en appelle à son tour à l’action rapide et vengeresse du Sieur désormais majestueux ministre (quoique 10e sur la liste ministérielle, savamment rétrogradé) Casta(g)ner et 1er barbu de fRance... faisant ainsi suite à son excellence (quoique dépassée par les événements) Jean-Marie Bernard, président du CD 05, qui n’arrive pas à déminoriser autant qu’il l’aimerait malgré tous les efforts de ses se(r)vices... et à ce méchant Roger (Didier), résident du fauteuil de maire de Gap, qui non content d’expulser femmes et enfants à l’aube (grise presque dorée) de la trève hivernale, accuse le soufflet vengeur de l’ouverture du CESAÏ-aïe-aïe...

    Va falloir qu’ils s’y fassent, ces amidonnés mal-mandatés : en temps morbides, les pauvres squattent les immeubles vides ! Et si ça leur plaît pas aux encravatés : ils ont qu’à démissionner, traverser la rue et trouver un autre boulot !

    Salutations enragées à tou-tes les habitant-es - un canargumène sauvage

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0