La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Les Très-craint·es des Alpes > Très-craint des Alpes : Roland Gomez (CCI)

TRÈS-CRAINT DES ALPES

Très-craint des Alpes : Roland Gomez (CCI)

vendredi 1er février 2019

Adoubé par l’entrepreneur vieillissant Jeammet Partout, ce gracieux enfant du commerce se voyait déjà en marche vers la mairie de Manosque avec le soutien (pourquoi pas ?) de son voisin Charlie le Sinistre et de ses amis du national. Mais La Canarde sauvage a surpris le manège des SMS et s’est réunie en secret pour l’élire sans trembler dixième Très-craint des Alpes.

Richesse et culture ne font pas toujours bon ménage. Le très riche homme d’affaire manosquin Roland Gomez avait pris, il y a déjà quelque lunes, la décision d’offrir à sa tendre et bien-aimée épouse l’ensemble des œuvres de la célèbre collection « La Pléiade » afin d’orner les murs de leur modeste demeure. Il avait pour cela contacté la librairie la plus importante de la région afin de passer commande. De mémoire de libraire, fut-il ébéniste, un pareil achat laisse des souvenirs ! Triple hélas, les imbéciles de Gallimard avaient commis une faute de goût majeure, raison pour laquelle cette fameuse commande fût annulée à la dernière minute. En effet, la couleur de la reliure n’allait point avec celle de la tapisserie choisie par Madame !!
Véridique hélas.

Mais il y a pire. Ce richissime patron d’une société d’intérim, que nous ne nommerons pas ici (par pure charité !), pour répondre à la demande pressante de ses nombreux clients entrepreneurs, était contraint souvent de contacter les structures de formations afin d’obtenir des stagiaires. Et qui dit stagiaire, dit gratuit. Néanmoins, comme il n’y a pas de petit profit, ces stagiaires étaient facturés en espèces sonnantes et trébuchantes aux sociétés qui les employaient temporairement. Faire travailler les gens gratuitement et facturer ensuite leur travail, voilà tout simplement une œuvre de charité pour que ces pauvres hères puissent étoffer leur trop maigre CV !

En marche vers de nouvelles aventures, La Canarde a entendu dire que cet homme de qualité et patron des patrons locos envisageait demain de se présenter comme maire dans sa commune. S’il gère la ville comme il gère sa société, chacun pourrait penser que la commune aux quatre mains ne connaîtra, à l’avenir, plus le moindre déficit.
Mais ça, l’élection ne nous le dira pas !

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0