La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Toutes les brèves parues par numéro… > Les brèves du N°5

Les brèves du N°5

lundi 15 juin 2015, par La Canarde


Défense d’affichier !

Dans la semaine du 1er juin, on a pu lire sur les routes du 04 des slogans alertant sur les « Voisins vichylants », ces « Fils de Pétain » (qu’ils finissent aveugles et sourds), contre l’économisme « Ralentissez le travail », la démocratie électorale « Vous votez ? Faites-vous aider » ou surréalistes « Pour cause d’indifférence, demain est annulé » ou encore « cellulite finale ». Déterminé contre 2016 (pourquoi ?) et capable d’autocritique « Halte aux dégradations » : que demande le peuple ?!

Bravo l’artiste !


Cellulite finale

JPEG - 237.2 ko

ceci est un massage du gouvernement


Dans les tranchées de Cadarache : bouffe ton plutonium et tais-toi !

Scaphandrier-Terrassier, travaille à Cadarache sur le « chantier des tranchées ». Avec ses camarades, ils retirent des déchets nucléaires enfouis il y a plus de 50 ans à 6 m sous terre dont 3 m de gravats ! Cela dans le but de les reconditionner aux normes en vigueur aujourd’hui. Le CEA refuse, pour des raisons de coût, que ce travail soit fait par des machines préférant envoyer des ouvriers dans les tranchées.
Les derniers résultats médicaux de Scaphandrier-Terrassier révèlent des traces de contamination à différents polluants (amiante, plutonium, etc.) susceptibles de provoquer, dans les années qui viennent, un cancer ou une leucémie. Pire, la contamination au plutonium risque d’altérer son ADN, et de porter atteinte à celui de ses deux enfants… Malgré ces examens « positifs », cette contamination n’a pas fait l’objet d’une déclaration d’accident, rendant difficile voire impossible, en cas de maladie ou de décès, un recours devant la justice.
M. Scaphandrier-Terrassier n’a visiblement pas assez mangé de plutonium pour que son patron daigne le déclarer en accident du travail. Si le CEA ne maîtrise pas parfaitement la prévention des risques de contamination, les risques juridiques eux ont été bien évalués !

Frits


Évêque en mairie, c’est pas là hic !

Daniel Spagnou est maire de Sisteron (04) depuis plus de 32 ans. Il a reçu un courrier de la Libre pensée 04 lui signalant qu’il contrevient à la loi de 1905 (séparation des Églises et de l’État) en accueillant officiellement à l’Hôtel de ville le nouvel évêque. Pour toute réponse, ce tout récent Républicain, se dit surpris et choqué et n’entend pas donner suite à la demande d’entrevue laïque de l’association...
Sa punition est toute trouvée : un pater et des pavés !

Une amie


Des gilets à deux balles

Charlie Castaner notre mémaire socialisant de mes deux a fait voter l’achat de 3 gilets pare-balles pour les policiers municipaux : on se croirait chez Estrosi ! Une risette à combien pour l’extrême-droite ? Quand je pense qu’il se présente aux Érections avec ses discours de curé et ses danseuses sans tutu ! Je me marre ! Je me gausse ! Je pouffe ! Je rigole à petits sanglots !


Brèves de l’Observatoire

Une commune du Lubéron, Saint-Michel-l’Observatoire (04), est gérée comme une république bananière par le maire et son adjoint. Avec de pareils foutriquets, La Canarde a de l’avenir. Merci à nos informateurs, et au duo Depoisson-Attard d’alimenter nos colonnes.

Festival d’entourloupes
Fin mai, le festival SMOB, organisé par les parents d’élèves, a réjoui petits et grands par centaines : ce n’est pas grâce au maire, Depoisson, et à son adjoint, Attard. Ils ont carrément interdit au comité de parents d’utiliser les bancs et tables de la commune. Ce sont les mairies voisines et la communauté Longo Maï qui les ont tirés de l’ornière. De plus, le maire n’a consenti à se déplacer (en carrosse) que sous la menace, en fin de journée !

La rue kétaeux !
Pourtant, la route est en bon état : la première rue refaite sous le mandat du sacré duo est justement celle qui mène de chez eux à la mairie : une voie royale, en quelque sorte.

Droit de pétition bafoué...
Ces deux-là n’en manquent pas une : non seulement ils gèrent la commune sans informer le conseil municipal (!), ils méprisent le comité de quartier, ignorent l’avis des réunions publiques, mais en plus ils interdisent aux commerçants de soutenir la pétition contre la fermeture du bureau de Poste (bravo à ceux qui ont résisté !).

...et la tête dans les étoiles
Dans le dernier numéro de la Pravda municipale qu’il est seul à rédiger, le maire s’est trompé dans les chiffres : le chantier de Cadopi, l’hôtel construit par la mairie (la droite aime soutenir l’entreprise privée sur fonds publics) pour un coût qui pourrait avoisiner 1,5 million est annoncé à 950 000 seulement !!! Il devait avoir la tête dans les étoiles en écrivant cet article, le Depoisson, au lieu d’avoir les pieds sur terre ; quand est-ce qu’on le remet à l’eau ?

Çui qu’écoute son oreille

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0