La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Les vilains monstres de la nuit d’Halloween

Les vilains monstres de la nuit d’Halloween

vendredi 15 décembre 2017

Notre reporter présent à Briançon pour suivre l’actualité de la frontière et des migrations est tombé sur une mine [1] ! Il y a plein de flics, PAF, nationaux, douanes, gendarmes, PGHM, et même de la minicipale. Et qui dit plein de flics, dit plein d’injustices, de conneries, d’actions ridicules que ces bouffons commettent à la pelle. Voici la dernière scène du harcèlement ordinaire dans les rues de Briançon.
Les flics sont décidément des grands comiques, et dans toute leur sale famille, les minicipaux ne sont pas loin de tenir la palme. Mardi 31 octobre, soir d’Halloween, un groupe de migrants prenait le bus SNCF (qui au passage fait bien son beurre sur les migrants, c’est jusqu’à 75 % des passagers du Briançon-Paris qui sont nouveaux arrivants en France) et était accompagné par des copains venus leur dire au revoir et veiller au grain. Une bagnole de la minicipale arrive alors, tourne au ralenti pendant deux minutes autour du bus, et comme illes n’ont pas le droit d’interpeller quiconque ne commet pas d’infraction, ces frustré.es finissent par repartir gyrophare allumé.
Un peu plus tard dans la soirée, une copine qui conduisait deux noirs dans sa voiture est prise en chasse par les mêmes schtards. Comme c’est soir de fête, elle leur offre quelques tours de manège autour des ronds-points, jusqu’à ce qu’ils se lassent...
On recroise ces clowns de la minicipale un peu plus tard, en train de contrôler des zonards qui n’avaient rien demandé. C’est vrai qu’ils ont des gueules d’Halloween toute l’année, que leurs déguisements sont tout pourris, mais est-ce qu’ils sont obligés de foutre le dawa dans la vie des autres ?

Numéro 6

Notes

[1À lire dans ce numéro 33/34 un dossier savoureux sur le sale travail de la police et la résistance des montagnards qui offrent leur aide aux jeunes et moins jeunes noirs qui tentent le passage par le bien nommé col de (la courte) l’Échelle parfois au péril de leurs vies.

Répondre à cette brève

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0