La Canarde sauvage
journal local et satirique à parution plus ou moins mensuelle - participation libre

Accueil > Numéros parus > Iter : travail l’a tuer !

Iter : travail l’a tuer !

mercredi 7 mars 2018

L’argent tue. Sur le chantier d’Iter dont le budget vient d’être encore réévalué à près de 36 milliards de dépense, les accidents du travail n’existent pas !
Ainsi, quand le 8 février dernier un intérimaire de 52 ans décède d’une crise cardiaque sur le chantier alors qu’il effectue des travaux de force au marteau piqueur au mépris des règles de protection et de sécurité (la CGT a relevé notamment que la victime travaillait seule dans des conditions qui ne respectaient pas la législation), Bernard Bigot, le directeur du truc, déclare en toute transparence (et pince sans rire) que sa mort n’est pas un accident du travail mais un décès au travail (lire ici le petit encart publié par La Provence le 17 février dernier).
À propos de transparence, la famille de la victime qui habite Saint-Étienne-les-Orgues a été obligée de contacter un avocat pour en savoir plus sur l’enquête en cours et sur les conclusions de l’autopsie réalisée…
Et que fait l’Inspection du travail ? Alertée cet été par des syndicalistes sur des faits de dissimulation d’heures supplémentaires (payées en cash de la main à la main !) qui n’apparaissent ni sur les fiches de paie ni sur les plannings mais sont demandées à de nombreux intérimaires et ouvriers sur le chantier, elle n’a rien fait…
Combien de morts faudra-t-il pour que ce projet soit définitivement enterré ?

Bolkenstein

JPEG - 1.5 Mo

Répondre à cette brève

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0